Pour faire suite aux récentes recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé sur le cannabis, je souhaitais simplifier son contenu afin d’en comprendre le sens et l’impact. Et c'est parti.

Que s’est-il passé?

Le 24 janvier, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom, a écrit une lettre officielle au secrétaire général de l’ONU, M. Guterres, dans laquelle il recommandait de supprimer le cannabis de la liste des «mauvaises drogues».

L’OMS a formulé des recommandations concernant la modification de la Convention sur les substances psychotropes (1971) et de la Convention sur les Drogues (1961) pour le cannabis et pour les substances apparentées au cannabis, de la résine de cannabis, des extraits, des préparations et des teintures.

Alors, à quoi ressemblerait cette nouvelle classification?

Nous pouvons grosso modo diviser les recommandations en deux: une pour les produits à base de cannabis contenant moins de 0,2% de THC et une autre pour les produits contenant plus de 0,2% de THC.

- Le cannabis, la résine de cannabis, les extraits, les préparations et les teintures ne devraient pas être contrôlés si le taux de THC est inférieur à 0,2%.

- Le cannabis, la résine de cannabis, les extraits, les préparations et les teintures, dont le taux de THC est supérieur à 0,2% devraient nécessiter une autorisation gouvernementale (licence ou propriété de l'État) pour un usage commercial et tous les utilisateurs devraient avoir besoin d'une ordonnance médicale.

L’OMS a effectivement changé de position sur le cannabis pour la première fois depuis la Convention sur les drogues de 1961. Rétrospectivement, la plupart des experts s'accordent pour dire que la classification du cannabis était inadaptée. Les fortes recommandations de l’OMS démontrent donc une forte conviction de sa nouvelle position.

Qu'est-ce que ça veut dire?

Ces recommandations vont considérablement améliorer et simplifier les conditions permettant aux gouvernements du monde entier de réglementer et fournir un accès au cannabis médical de manière légale et en toute sécurité. Cela ouvre également la voie à la recherche, qui a été entravée dans le passé.

Les recommandations de l'OMS ouvrent la porte aux acteurs internationaux pour qu'ils s'impliquent dans la création d'une approche plus institutionnalisée du cannabis. Par exemple, l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) devrait fournir aux pays des orientations et contrôler l’accès et la disponibilité.

Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Quand peut-on espérer un changement ?

Pour que tout cela se concrétise au-delà des recommandations de l’OMS, 53 pays membres de l’ONU doivent maintenant approuver les recommandations visant à amender officiellement les listes de la Convention. Le vote était prévu pour mars 2019, mais comme les recommandations étaient attendues il y a deux mois, il est fort possible que le vote soit reporté à mars 2020.

Pour un compte plus détaillé, voir les articles suivants:

Breaking news: WHO changes position on medical Cannabis after 60 years. — FAAAT (Foundation for Alternative Approaches to Addiction — Think & do tank)

World Health Organization Recommends Reclassifying Marijuana Under International Treaties — Tom Angell, Forbes